2006 – Susanne, peintures de Susanne Hay

Editions Léo Scheer

Récit et peinture de Susanne Hay

Quatrième de couverture :

Ecrire pour revivre, pour laisser des souvenirs gagner sur la mort en imposant leur vivacité, leur plénitude, quand l’absence semble tout balayer.

La peintre Susanne Hay est morte accidentellement en août 2004. Elle laissait, à 42 ans, une œuvre étrange et forte, d’une irréductible singularité, qui, des instantanés peints dans le métro ou dans des piscines aux séries réalisées dans des morgues, des ayutoportraits aux nus en cage, ne cesse de traquer la vérité des corps, le surgissement incongru de la beauté au sein de leur misère ou de leur effondrement.

Ce livre n’est pas une biographie, une étude ni un hommage ; ce n’est pas non plus un livre de deuil. C’est la réponse qui, face à la brutalité de la disparition de Susanne, s’est immédiatement imposée à sa plus proche amie, Emmelene Landon, peintre elle aussi, et sa complice depuis leur rencontre aux Beaux-Arts en 1985.

Une mort a suscité ce livre, mais la vie est son sujet et, à chaque page, l’emporte.

Dossier de presse